La danse contemporaine

danse contemporaine

Enseignante : Michèle Morellec

 

Histoire

Dans les années 1960 à 70, apparaît aux États-Unis et en Allemagne la Danse Contemporaine où la rupture est encore davantage consommée avec toutes les autres formes de danse.

Les chorégraphes contemporains détournent les autres courants de la danse, les métissent avec d’autres disciplines artistiques comme le théâtre, le cirque ou les arts plastiques . C’est réellement un vaste domaine sans cesse en mouvement, plein de nouveautés, aux formes multiples et hybrides. Elle peut s’apparenter à la recherche d’une autre représentation du monde, avec un vocabulaire différent des autres formes de danse, aux contenus techniques multiples, variés et extrêmement rigoureux, la rigueur technique n’étant pas l’apanage de la danse classique.

Ainsi, la danse contemporaine cherche-t-elle à surprendre le spectateur et, par ce biais, à faire naître l’émotion et généralement à faire passer un message . Quelques grands noms pionniers du courant contemporain : Isadora DUNCAN, Mary WIGMAN, Martha GRAHAM, Merce CUNNINGHAM, Lucinda CHILDS, Trischa BROWN, Pina BAUSCH … .

Le courant contemporain a la spécificité de prendre en compte les différents styles de danse dans leur ensemble (classique, moderne, hip hop, danse traditionnelle, etc.), mais toujours dans le but de produire une œuvre dansée (danse à voir).

Elle ne fait pas référence à un style de danse particulier.

L’élève peut créer son propre style de danse.

Ainsi, l’activité de l’élève n’est pas centrée uniquement sur l’exécution (reproduction de mouvements) mais aussi sur la création, qui permet de mettre en relation la technique, les idées et leur traduction d’un point de vue gestuel, et qui nécessite donc une implication intellectuelle et motrice de l’élève.

Contenu et déroulement d’un cours

  • Sol : étirements, assouplissements, prise de conscience de la structure corporelle (colonne vertébrale, mobilité des 3 volumes : tête, cage thoracique, bassin). Un travail au sol inspiré de la méthode FELDENKRAÏS.
  • Barre debout (au milieu ou à la barre) : travail de l’en-dehors : 6 positions (de la 1ère à la 6ème), travail du pied, renforcement de la cheville, appuis, ancrage, travail des bras, du dos (enroulements et déroulements vertébraux), notion du poids du corps (lâcher le poids ou résister), pliés, alignement des 3 volumes : tête, cage thoracique, bassin (l’axe), équilibres/déséquilibres, chutes, tours, battements, adages divers.
  • Variation (enchaînement) : concrétisation du travail technique précédent sous forme d’enchaînements divers plus ou moins longs, faisant appel à la maîtrise de l’espace, du temps, au placement, à la mémorisation et à la qualité d’interprétation du geste dansé.
  • Sauts: diagonales de petits et grands sauts.
Revenir en haut de page